- La taille de la vigne au jardin -

 

 

 

 

La vigne étant une liane, on peut lui donner une multitude de formes; c’est ainsi que l’on a répertorié quelque 400 façons différentes de conduire la vigne dans le monde.

 

Etant bonne fille, même taillée à contresens, elle fructifiera, mais une taille adéquate donne cependant une meilleure récolte.

 

 

Nous décrivons ici un système simple et polyvalent, convenant bien au jardin, qui est la taille « EN CORDON » ; celui-ci est en fait une charpente fixe, sur laquelle seront taillés annuellement des bois courts, que l’on nomme « LES COURSONS ». C’est de ces derniers que repousseront chaque année « LES SARMENTS » produisant le raisin:

 

 

Fig.1

 

Cordon

Coursons

Sarments

Grappes

Sol

F

I

X

E

A
N
N
U
E
L

< 25cm >

 

La vigne ne fleurit et donc ne fructifie que sur les pousses de l’année, portées par du bois de l’année précédente; ce sont les sarments représentés sur la fig.1.

 


Suivant la longueur et la forme données au cordon, on peut créer :

 

 

Un cordon de Royat à deux bras (Fig.2) ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un cordon de Royat à un bras (Fig.3) ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Une pergola (Fig.4)…etc. 

 

 

1. Taille de formation.

 

 

Pour former le cordon, il faut d’abord créer la partie de la charpente qui ne portera pas de courson (le « tronc » vertical, en quelque sorte): on peut laisser pousser la vigne sans taille durant la bonne saison, puis, en hiver, éliminer les pousses issues du tronc, ainsi qu’aussi celles qui reperceront les années suivantes.

 

 

 

 

Ensuite, pour la partie qui devra porter les coursons (la partie horizontale, de 1,5 à 2 mètres de long), on essayera que ces derniers soient espacés entre eux de +/- 25 cm. Pour ne pas avoir de parties de cordon dégarnies de coursons, il est préférable de le construire en 2 ou 3 étapes, en taillant l’excédent de la pousse de l’année chaque hiver (on recommande parfois de tailler en ne laissant s’allonger le cordon que de +/- 25cm par an; cela me paraît excessif, en tout cas sous nos climats ne connaissant pas de sécheresse estivale).

 

 

 

2. Taille de fructification.

 

Fig6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir effectué la taille de formation, on a obtenu, dans le cas d’un cordon de Royat à un seul bras:

 

 

 

 

 

 

 

Fig.7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La même vigne, après la taille des sarments, ne comporte plus que le cordon avec ses coursons.

 

 

 

 

 

 

 

Vu de plus près, au niveau des coursons, la taille est effectuée de la façon suivante:

 

- Lors de la formation du cordon, chaque œil de celui-ci a émis un sarment (Fig.5 année 2), que l’on taille à 2 ou 3 yeux (fig. 8).

 

- Chaque œil produira à son tour un sarment l’année suivante (Fig.5 année 2 & fig. 9), lequel fructifiera.

- L’hiver arrivé, le sarment le plus proche du cordon (b) sera taillé sur deux yeux, tandis que le plus éloigné (a) sera supprimé. On répète cette taille chaque année en hiver.

 

Fig.8

 

Fig.9

 

Lors de la formation du cordon, chaque œil de celui-ci a émis un sarment (Fig.5 année 2), que l’on taille à 2 ou 3 yeux (fig. 8).

 

Chaque œil produira à son tour un sarment l’année suivante (Fig.5 année 2 & fig. 9), lequel fructifiera.

 

L’hiver arrivé, le sarment le plus proche du cordon (b) sera taillé sur deux yeux, tandis que le plus éloigné (a) sera supprimé. On répète cette taille chaque année en hiver.

 

 

 

Les coursons s’allongent un  peu chaque année et après environ 10 ans, on les « rabat sur empattement » (base élargie d’une branche). Des yeux dormants, cachés dans le bois du cordon, prendront le relai et donneront naissance à un nouveau sarment.

 

 

Attention:

 

 

 

3. Taille « en vert ».

 

C’est celle que l’on effectue du printemps à l’automne, lorsque la vigne porte des feuilles.

 

 

3.1. Eclaircissage des fruits.

 

Les feuilles sont les capteurs d’énergie solaire, laquelle sert notamment à produire les fruits. Un excès de grappes sur la vigne se traduira donc par une maturité tardive, un raisin peu sucré, petit et peu goûteux.

 

Il faut en fait trouver un bon équilibre « poids des fruits / surface des feuilles », lequel varie en fonction des variétés et du climat. On procède par tatonnement autour de l'ordre de grandeur "1Kg de raisin / m2 de feuillage":

Sous le climat belge et surtout en Ardennes, je conseille de débuter en laissant une seule grappe par sarment, voire moins s'il s'agit de grosses grappes, en éliminant au printemps une partie des inflorescences ou des toutes jeunes grappes. Si la récolte est bonne et qu'on a eu une année normale sur le plan des températures, on pourra essayer de charger d’avantage la vigne l’année suivante, mais l’excès est à éviter, car une vigne épuisée par une trop grosse récolte résiste mal au gel hivernal. Inversement, si la récolte est mauvaise, peu sucrée, il faut charger moins la vigne l’année suivante.

 

Si l'on dispose de plusieurs pieds de la même variété, on peut laisser un nombre de grappes différents d'un pied à l'autre et voir ainsi quelle est la meilleure charge en fruits. 

On peut aussi enlever des grains de raisins pour obtenir des grappes parfaites (ciselage), à la fin de l'été ; cela concerne les variétés à grappes serrées dont les raisins peuvent éclater sous la pression qu’ils s’exercent mutuellement. Préférez-leur donc des variétés à grappes lâches.

 

 

3.2. Suppression du feuillage superflu.

 

 

 

Remarques.

 

 

 

 

Jacques Paquot

Ingénieur en agriculture

 

 

 

------------------------------------------------------------

 - Retour -